[Spotlight] Travis Brickman – Palindrome

Palindrome

« Et à quoi bon exécuter des projets, puisque le projet est en lui-même une jouissance suffisante ? » – Charles Baudelaire

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’en sept ans, Travis Brickman a fait un sacré bout de chemin en tant que beatmaker. Loin des productions poisseuses et soulful de ses débuts, le nancéien est aujourd’hui un membre actif du label Noircity, à l’intérieur duquel il a fondé en compagnie de son acolyte R.J. Henry, le groupe The Waters déjà auteur de trois maxis prometteurs. Après quelques années, le collectif de RIpklaw s’est déjà constitué un catalogue intéressant qui s’épaissit au fil du temps et qui comporte de véritables projets qu’il ne faudrait surtout pas sous-estimer :

« On essaye de proposer quelque chose d’assez mature et qui s’éloigne des clichés du rap en France« 

Noircity

Mais cette année, Travis Brickman fait cavalier seul avec la sortie de son premier EP Palindrome. Un opus intimiste, baroque, mélancolique, épuré, dont l’esthétique s’approche de l’expérimentation d’un Burial et du spleen de Blue Sky Black Death. Épaulé par d’autres producteurs comme Lau P et Underlying, Brickman accouche d’un format court de huit titres ambitieux et à la noirceur éthérée.

« C’est un projet que je voulais sortir depuis longtemps mais j’ai beaucoup hésité. ce sont des morceaux très personnels, je suis allé chercher tout le spleen en moi pour composer ces morceaux, c’est très sombre, très pesant, j’ai presque voulu que les auditeurs se sentent déprimés en écoutant ce projet, qu’ils ressentent comme un malaise. »

Et pour parfaire le tout, Palindrome est en téléchargement libre. Longue vie à son créateur.

 

Sur Travis Brickman

Facebook / Soundcloud / Bandcamp

Sur Noircity

Facebook / Bandcamp

Sur The Waters

Facebook / Alpha / Beta / Delta

Pas de commentaires