Quinzième boum géante à Lyon pour les Nuits Sonores

Quinze, comme l’âge à laquelle ta voisine d’enfance s’est fait dépuceler. Coïncidence, c’est aussi la taille du monstre de Claude Makélélé plié en deux. Mais quinze c’est avant tout l’âge d’un festival doté d’une programmation électro éclectique en tout point dans la capitale des Gaules, à savoir Lyon. En effet, les Nuits Sonores soufflent leur quinzième bougie. Du 24 au 28 mai 2017, on oubliera que Gégé est le maire d’une ville qui ne cesse d’accroître son offre culturelle. Pour toi, cher lecteur assidu, Buggin t’a concocté un petit guide plus fort que le routard et le petit paumé.

"il a un souci Makélélé ?" « Vous avez un souci avec Makélélé ? »

Adoptez la qualité Fagor-Brandt

Les « nuits » officielles se dérouleront à Gerland, dans l’antre de l’ancienne usine Fagor Brandt. De bons gros hangars qui verront suinter le public à grandes gouttes devant un entremêlement de styles. Les incontournables techno et house, au sens large, auront le dessus avec comme principaux noms François X en b2b avec Bambounou, l’association entre Helena Hauff et Umwelt, Kink, Soïchi Terada, Chemical Brothers, Errorsmith (moitié de MMM), Fatima Yamaha, Steven Julien, Mind Against. Les nombreux artistes locaux seront mis en valeur au début des soirées sur chaque scène. P. Moore aura même l’honneur de clôturer la nuit du samedi,  juste après le passage des Chemical Brothers.

Si tu n’es pas fan de boom-boom et autres rythmes linéaires, tu auras toujours la possibilité de venir voir le rap de Stormzy le mercredi, juste avant que Laurent Garnier ne fasse vrombir les basses avec un set à l’accent UK. Un peu plus tôt, c’est Agar Agar qui transmettra sa synth-pop énergisante. Le vendredi, enfile ta plus belle tenue de mariage orientale pour voir le délirant Omar Souleymann. Enfin, le samedi, les immortels Einstürzende Neubauten sauront envouter de noirceur le hall 4.

Une dose de Sucre dans notre café

Les après-midi seront généralement consacrés aux gueules de bois. Paresseux au point de ne même pas bouger du lit avant l’apéro, les Days sont là pour te motiver. A travers les scènes installées à la Sucrière (une dans la salle 1930, une sur l’esplanade et la dernière au Sucre), des cartes blanches sont données à trois artistes différents. The Black Madonna et sa troupe ouvriront les hostilités jeudi après-midi sur les bords de Saône. Une première sous le signe des sourires et du groove. Optimo et Derrick Carter seront de la partie. Le Hit n’Quid de Jamie 3:26 retentira à coup sûr !

L'oscar de la meilleur Actress sera attribué à The Black Madonna L’oscar de la meilleur Actress sera attribué à The Black Madonna

Les Days des vendredi et samedi après-midi prendront une face plus sombre. Nina Kraviz collaborera avec Bjarki tandis que le Sucre s’attend une avalanche de basses gonflées à bloc avec PTU, Andy Stott et Aleksi Perälä. Sur l’Esplanade s’annonce le déjà mythique b4b entre Levon Vincent, Jus Ed, Joey Anderson et Fred P.

Jon Hopkins invitera le samedi Daniel Avery, Ben Frost, Nathan Fake pour un vrai live, et Actress, fraichement débarqué de West Ham United pour une démonstration de football freestyle et consorts.

Séance de dédicaces avec Eder aux « Subsitançao »

Chaque année, le festival offre une carte blanche à une ville étrangère. Cette année c’est Lisbonne qui reçoit cette distinction et débarque pendant trois jours aux Susbistances. La riche scène portugaise sera aux commandes avec des artistes et DJs plus fous les uns que les autres : DJ Marfox et son kuduro, De Los Miedos avec sa disco, mais aussi Paulo Furtado alias The Legendary Tigerman, Rastronaut ou encore Bispo (Pascalo de son prénom).

"Comment remuer la ville" par Arty Farty                  Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais !

Le circuit Paul Ricard

Jean Alési ne pouvant se déplacer le jeudi 25 mai. Olivier Pénis le remplacera au pied levé. Tu veux faire le foufou et te vanter d’avoir parcouru des dizaines de kilomètres pour la cause des Nuits Sonores ? Alors on te propose d’aller voir Cheveu à l’Epicerie Moderne, puis de remonter au Transbo pour voir le génie de Yussef Kamaal. Tu pourrais aussi dériver sur l’italo-disco de Bernardino Femminielli. La soirée n’est pas finie, loin de là. Pourquoi n’irais-tu pas au Terminal te défouler devant DMX Krew et finir au Bellona avec un set à la cool de Axel Boman. Ok, tu préfères la techno et tu hésites entre Ben Sims au Petit Salon et Tommy Four Seven au Ninkasi ? À toi de décider parmi ce programme bien garni qui offre également la possibilité d’aller au Périscope, au Marché Gare ou à la Plateforme. Et c’est seulement 5€ chaque entrée. À vos choix, prêts, partez !

De la musique, encore et toujours

Les nuits sonores, au-delà de ses soirées gérées par Arty Farty, c’est aussi des « Extras ! » et des Offs qui investissent divers lieux de Lyon, faisant bouger petits et grands. Par ailleurs les clubs et bars lyonnais se mettent en quatre pour offrir le meilleur divertissement possible à ceux ne pouvant pas aller aux usines Fagor-Brandt. Enfin, pour les personnes qui souhaitent sortir en famille, les mini-sonores sont là pour vous.

En somme, un programme alléchant nous attend pour le weekend de l’Ascension. L’offre est incroyablement riche en expériences musicales. Son nom n’est pas un hasard. C’est l’année du baptême pour Buggin et nous comptons bien mettre en avant notre côté loufoque et décalé !

Par Thibaut BAZYLAK

 

Crédits photos : Denis Chaussende, Joel Philippon

Pas de commentaires