Les tops de la rédaction #2 : Thibaut Bazylak

C’est toujours un exercice extrêmement délicat de trier et sélectionner le bien du mal de 2017. À l’écoute de NTS, considérée pour ma part comme meilleure webradio alternative pour l’ensemble disco, funk, hindou futuriste, ambient et rock psyché, le choix ne fut pas simple. Les pépites sont aussi tombées du coté de Hessle Audio sur Rinse FM. Dés pépites en cacao véritable. Pendant ce temps, les courageux confères de Resident Advisor prenaient la décision de ne pas renouveler leur corrompu “poll” de fin d’année, mettant aux prises les DJs prenant le moins de risques, basé sur les dénonciations de milliers de pseudo-experts aux oreilles peu curieuses. Oh les vilains chez Buggin ! On ose se croire supérieurs aux autres. Sans blague ! Je vous prie de retrouver ci-dessous ma sélection faite de sucré et de salé.

Albums :

Kaitlyn Aurelia Smith – The KidKaitlyn Aurelia Smith – The Kid [Western Vinyl]

La petite Kaitlyn partage son amour pour les synthétiseurs à travers ses compositions et les concerts. Nous aurions pu en avoir la preuve l’été dernier lors de son passage sur la mythique plage de Bon Secours (brasserie Caulier). Seulement, l’excellent système de navette a eu raison de nous. À l’écoute chez soi, cet opus nous transporte dans l’univers fascinant de cette chère Américaine dont la voix soumise à de multiples effets, également appelés vocoder, s’accorde à merveille avec cette panoplie synthétique astrale tout droit venue du turfu.

Special Request – Belief SystemSpecial Request – Belief System [Hounstooth]

Paul Woolford est bien parti pour être dans tous les tops de 2017. Remember 2013 lorsque son premier long format sous le nom de Special Request apparaissait. Une succession de morceaux jungle/rave destructeurs, à base de gros mix VIP. Notre homme, déjà bien embouteillé, a comme assimilé un savoir-faire différent pour obtenir l’appellation d’origine protégée. Continuant dans la lignée jungle qu’on lui connaît, il s’accorde également quelques interludes expérimentaux très valorisants.

Radio Slave – Feel The SameRadio Slave – Feel The Same [Rekids]

Le patron du label Rekids a profité de 2017 pour sortir son 1er album. Il en aura fallu du temps me direz-vous. Connu pour ses EPs taillés pour le dancefloor, dont certaines de ses productions et remixes ont marqué ces 15 dernières années de la musique électronique underground, Matt Edwards montre l’étendu de sa polyvalence. Prenez “2nd Home”, “Draw” ou “Rize”. Ces tracks vous emmènerons dans des chemins assez tortueux. Cet enregistrement est déroutant et efficace.

John Maus – Screen MemoriesJohn Maus – Screen Memories [Ribbon Music]

Parce que ses compos sont aussi addictives qu’une bonne substance illicite.
Et également parce qu’on me l’a offert pour mon anniversaire.

Le nouveau Ian Curtis selon B. Chupin.

Call Super – Arpo

Call Super – Arpo [Houndstooth]

En France, nous avons Didier Super. En Angleterre, ils ont Call Super. Comparaison inutile de deux styles bien différents.
Joseph Seaton nous gratifie d’une ambiance jazzy tout en gardant ce coté légèrement tribal qu’on lui connaît. Les plus belles montures de lunettes du circuit ATP Resident Advisor.

Slowdive – SlowdiveSlowdive – Slowdive [Dead Oceans]

Il y avait du shoegaze en rab à la cantine. Mais comme je suis déjà un peu grassouillet, on a limité ma dose. Remarquez, avec la musique, c’est la même chose. On en redemande volontiers mais à force d’attendre on n’en obtient pas autant qu’on en voudrait. C’est l’impatience qui nous rendrait faible, pas l’écoute de ce dernier disque.

Porter Ricks – Anguilla ElectricaPorter Ricks – Anguilla Electrica [Tresor]

Ne pas confondre clubbing et Porter Ricks. Car Porter fait rocker un public d’ambient. Comprenez qu’il le fait s’allonger et rêver.
Une musique pointue pour doux sauvages. Pas d’ambiguité possible, donc pas d’anguille électrique sous roche.

EPs :

Special Request – Stairfoot Lane BunkerSpecial Request – Stairfoot Lane Bunker [Hounstooth]

Encore une fois, Special Request faire figure de proue pour la série maxi, admirablement remixé par Minor Science. Pourrait concurrencer Christophe Lambert au casting de Tarzan. Le roi de la jungle.

Overmono – Arla IIOvermono – Arla II [XL Recordings]

Truss + Tessela. Les frérots Russell s’amusent entre eux. Quand Ed négocie mal un effet, Tom ne l’engueule pas et rattrape la boulette en balançant une grosse ligne de basses. L’entente est parfaite et leur mère peut rester sereinement dans la demeure familiale.

Akkord – RCVR:XMTRAkkord – RCVR/XMTR [Houndstooth]

“T’en as pas marre avec tes sons perchés ?”, telle est la question que je pourrais entendre. Sauf que plus c’est perché haut, plus j’aime. Sam Kendricks approuve volontiers.

Objekt – Objekt #4Objekt – Objekt #4 [Objekt]

Comment faire l’impasse sur deux compos terriblement efficaces ? Qui plus est produites par un esthète de la musique électronique actuelle.

Violet – TogethernessViolet – Togetherness [Naive]

Le plus doux de cette sélection. Le plus à même à faire voyager. Cela dit, concernant l’artwork de l’artiste, on pourrait dire que c’est du vol et du plagiat. J’aime pas trop les voleurs et les fils de pute.

Volte-Face – MurmurationVolte-Face – Murmuration [BleeD]

Un maxi qui fait boum boum boum. Sauf le remix de Wata Igarashi qui fait bidibidibidi en montant crescendo dans les aigus. Grosse techno sombre et hypnotique par le poto de Daniel Avery.

martian manMartian Man – Exile Dub/The Mind [martianMan]

Any Jungle in m8 ?

Killawatt – 47010Killawatt – 47010 [47]

Quatre steaks saignants sur le label de Tommy Four Seven

Blawan – NutritionBlawan – Nutrition [Ternesc]

Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour et vous serez en bonne santé.

Pinch & Mumdance - Control:Strobe LightPinch & Mumdance – Control/Strobe Light [Tectonic]

Je me demandais quelle était cette étrangeté jouée par Lee Gamble en septembre. Un Strobe Light à grands coups de kalachnikov dans la galerie Horta.

CRK – Nique la PoliceCRK – Nique la Police [Comic Sans Records]

La Comic sans MS, police préférée des profs du collège. Ça ne nous rajeunit pas. Ça prouve aussi qu’on nous prenait pour des gosses au lieu de nous inculquer la Calibri, bordel.

Tessela – Hackney Parrot (10 Ton Mix):HeadlandTessela – Hackney Parrot (10 Ton Mix)/Headland [Poly Kicks]

Une version plus brutale et entrainante que l’originale, déjà devenue classique pour les adeptes de 405 break.

Simo Cell – Pour le Club !Simo Cell – Pour le Club ! [Livity Sound]

Je sais que notre ami Samuel le mettra en tête de liste. Première année de mandat surréaliste pour le président de l’amitié Franco UK.

Live / DJ set :

omar da fonsecaOmar Da Fonseca @ pour l’ensemble de son œuvre

On ne peut pas uniquement le qualifier de consultant. Connu pour ses envolées lyriques durant les matchs de football, il maîtrise l’art et la manière de décrire des actions de classe. Adepte de métaphores grandioses et d’expressions peu courantes (“il a des yeux de toute la tête de 365 degrés”, par exemple), son accent hispanique régale l’ouïe des téléspectateurs de la Liga et des matchs Sud-Américains.

Aurait également pu figurer à cette place le monstrueux Kolbeinn Sigthorsson

Egyptian Lover, Call Super, Special Request, Giles Peterson @ Horst, Holsbeek

Ne pensez pas à un immense partage de platines, connu sous le nom de gang bang. Cependant, réunir ces artistes sur une journée fut l’œuvre de l’organisation de Horst qui a eu lieu près de Leuven, en Belgique, début septembre. Un cadre idyllique, une légère bruine, une déco simple mais originale et Egyptian Lover qui jette des skeuds dans le public. Normal !

Algiers @ Botanique, Bruxelles

La performance des Américains va rester quelques temps dans la mémoire du public présent. Un Franklin James Fisher en meneur de troupe plus qu’en pécheur du dimanche. Affolant de maîtrise durant la représentation, il joue simultanément de sa voix, des effets et du piano quand ce n’est pas la guitare. Il y a cette intensité sur scène qu’on ne retrouve pas lors de l’écoute à la maison.

Ben Frost @ Astropolis, Guilers

Le gaillard à l’allure de viking a expérimenté le public breton début juillet. Et il n’a pas déçu.

Rezzett @ le Sucre, Lyon

Début d’incendie par Arpanet juste avant. Les pompiers n’ont pas été appelés, le feu s’est propagé pendant le set des Trilogy Tapers.

Para ti, público

Para ti, público

Idles @ Route du Rock, Saint Père Marc-en-Poulet

La folie venue de Bristol. Un public mélangeant énervés et bourrés qui gigote dans tous les sens. L’énergie de ceux qui pourraient devenir la coqueluche de la scène punk accessible.

Orphx @ Seveso, Lyon

Il est étonnant de constater la rareté du duo Orphx ces dernières années malgré la démocratisation du mouvement techno de droite. Des apparitions qui se méritent. Ensuite, on nous prend pour des fous quand on vient témoigner sur ce qu’on a vu et entendu.

Lee Gamble @ Garages Numériques x Nuits Sonores, Bruxelles

Un des jeunes anciens de la scène anglaise. Un mec qui a tout compris. Il nous en a mis dans la face pendant 1h30. Une bière et au Lee.

Pharoah Sanders @ Nuits Sonores, Lyon

Parfois, il y a des paris risqués. Comme celui de programmer un quartet de jazz dans une soirée purement électro. Pour des novices, cela a peut-être choqué ou bien ils n’y ont pas prêté attention. Pour d’autres plus curieux, c’était une aubaine de voir ce Pharoah faible mais génialissime.

PLO man @ Fuse, Bruxelles

Comment appelle-t-on un hipster suédois qui alterne disco, break et techno ? Vous avez deux heures.

Nathan Fake @ Nuits Sonores, Lyon

Encore un des très bons lives de cette édition des Nuits Sonores. Dommage d’avoir loupé le début. Il Nathan pas qu’on soit tous en place.

Par Thibaut Bazylak

Pas de commentaires